La mort, un passage vers la Vie

Année A – dimanche 2 avril 2017



Jean 11,1-45

 

« Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ». Au temps de Jésus, les juifs ne croyaient pas tous en une vie après la mort. Nous-mêmes, y croyons-nous vraiment ? La mort nous effraie, nous la redoutons comme une catastrophe. « Il est perdu » disons-nous d’un malade grave. Pourtant Jésus est venu nous garantir, par sa résurrection, que tous nous ressuscitons, car sa Vie en nous ne peut pas mourir.

D’autre part, en faisant sortir Lazare du tombeau, le Seigneur montre sa puissance de sauveur, car la mort est le symbole du péché qui est une mort à la vie de Dieu. En pleurant sur son ami, il pleure sur notre péché. En ressuscitant un défunt de quatre jours, il nous déclare qu’aucun péché n’est trop grave pour nous séparer définitivement de la Vie de Dieu. Jésus lui-même est cette Vie, qu’Il nous transmet par les sacrements, pour qu’elle anime notre être. Après ce que nous appelons la mort, qui est une pâque, c’est à dire un passage, cette Vie s’épanouit pleinement.

Nos défunts sont vivants. Où qu’ils soient, ils nous voient dans la lumière de l’amour infini. Marthe et Marie pleurent parce qu’elles pensent avoir perdu le contact avec leur frère, elles croient que les morts ne ressusciteront qu’au dernier jour. C’est méconnaître la nature du temps qui est lié à notre condition corporelle. Ceux qui meurent sont dans une autre dimension, au-delà du temps et de l’espace. Ils vivent et nous pouvons leur parler, les prier, ils sont plus vivants que nous !


 Odile van Deth

Simone Pacot

Témoignages

parcours proposés

actualités

méditations