Heureux les nuls

Année A - dimanche 29 janvier 2017

Matthieu 5, 1-12a

 

« Heureux les pauvres de coeur ». Les traductions semblent avoir ignoré que ce verset citait Isaïe 57,15 : « Je suis avec l’écrasé pour ranimer les esprits rabaissés et faire revivre le cœur des écrasés ». On a entendu les béatitudes au sens de l’humilité morale, alors que le prophète parle des humiliés de la vie.

 Il est probable que les foules de pauvres méprisés des riches qui écoutaient Jésus, ont relié les béatitudes à la prophétie d’Isaïe, car ils connaissaient par cœur la Bible. Dieu était donc avec eux pour leur rendre le bonheur de vivre.

  Jésus s’adresse aux blessés de la vie, comme Léo, méprisé dans sa famille. Désespéré de se sentir un raté, il entendit intérieurement : « Tu comptes beaucoup à mes yeux ». Le Seigneur lui révélait l’inconcevable : sois heureux de vivre, toi qui ne comptes pas, toi le déprimé, le découragé. Léo renonça à se sentir victime, à se voir comme une poussière inutile. En effet, le mot hébreu signifiant « écrasé », souvent traduit par « broyé », signifie : réduit en poussière. Il se prit en main, suivit une formation et devint éducateur de rue. « Léo, il pète la joie » disait les jeunes du quartier.

 Mes blessures sont mes chances si je consens à ce qui m’arrivé en écoutant ce que le Seigneur me suggère pour en faire de la vie. Jésus ne demande pas de s’humilier mais d’être heureux si l’on se sent déprécié : heureux les nuls ! Lorsque l’hébreu dit « heureux », il déclare le bonheur concret de l’homme heureux de vivre, qui marche librement dans sa vie.

Odile van Deth

Simone Pacot

Témoignages

parcours proposés

actualités

méditations