Glorifie ton Nom

 

Année B – dimanche 18 mars 2018

 

Jean 12,20-33

 

« Père, délivre-moi de cette heure ». Devant l’imminence de sa Passion, Jésus est troublé. Aussitôt, il s’adresse à son Père, il laisse monter vers lui le cri de vérité de l’homme qui a peur de la douleur.

Cette ouverture du cœur le recentre, le remet devant sa vocation profonde : « Mais non – dit-il – c’est pour cette heure que je suis venu ». Non pas parce que le Père aurait voulu, comme on l’a supposé, une victime pour racheter les péchés. Comment le Dieu infiniment bon voudrait-il la souffrance ? Jésus est venu révéler le Dieu de tendresse à une humanité qui l’imagine comme un justicier sévère.

« Père, glorifie ton nom », s’écrie Jésus. Glorifier, en hébreu, c’est donner tout son poids, son importance à une personne : donne tout son poids à ton nom qui est amour, révèle aux hommes qui tu es. Cela se réalisera lorsque, sur la croix, Jésus criera : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font », révélant au monde que Dieu est pardon pour tout pécheur qui reconnaît sa faute.

Non, le Père n’a pas voulu la mort de son Fils. Mais en Jésus, Dieu a pris sur lui toutes les souffrances de l’humanité, dues aux péchés, c'est à dire à tous les manques d’amour dont les conséquences entraînent la douleur. Chaque fois que je préfère mon avantage à celui de l’autre, je collabore à l’injustice et je crucifie celui qui en souffre.

À travers Jésus, Dieu prouve qu’il ne tient pas compte des fautes, qu’il est l’éternel pardon qui n’attend que notre disponibilité à aimer, à faire le bien.


Odile van Deth

Simone Pacot

Témoignages

parcours proposés

actualités

méditations